A1 et A2 : zoom sur les différents permis moto

Permis moto

Les permis A1 et A2 correspondent à 2 des 3 catégories d’autorisations nécessaires pour conduire une moto en France. Ils se situent entre le permis Am pour les cylindrées inférieures à 50cc et le permis A pour les moteurs de plus de 35kW. Pour vous aider à mieux comprendre chaque catégorie, voici tout ce qu’il faut savoir sur chacune d’elles, depuis leurs spécificités au déroulé de l’examen. Découvrez également les conseils pour trouver la formation pour le permis moto idéale.

Le permis A1

Le permis A1 est celui qui vient juste après la catégorie AM. Il concerne les motos de moins de 125 cc. Comme les autres documents prévus dans le Code de la route, il est soumis à une restriction d’âge. Les formations pour le permis moto A1 sont en effet réservées aux personnes ayant 16 ans au minimum. Celles-ci doivent permettre au candidat de justifier de 20 heures d’apprentissage. Sur ce total, 8 h sont à effectuer sur piste et 12 h sur route. Une fois obtenu, le permis A1 permet de conduire des motos avec ou sans side-car d’une puissance maximale de 11kW ou 15 CH et un rapport puissance/poids de 0,1 kW/kg. Il peut également être utilisé pour un tricycle à moteur d’une puissance de 15kW au maximum.

Le permis A2

Le permis A2 est celui qui vient après la catégorie A1 et concerne les deux rouges avec une puissance de 35kW au maximum. Il est également soumis à une restriction d’âge. Pour pouvoir y prétendre, le candidat doit avoir au minimum 18 ans révolus. Tout comme la formation 2 roues pour le permis A1, l’apprentissage pour le A2 doit permettre à celui-ci de justifier de 20 heures de leçons. Les modalités sont également les mêmes à savoir 8 h sur piste et 12 h sur route. Une fois obtenu, le permis A2 permet de conduire des deux roues dont le rapport puissance/poids est inférieur à 0,2 kW/kg. Attention, il existe une restriction relative au bridage des capacités d’origine du moteur. Celles-ci ne doivent pas être supérieures à plus de 70kW.

La formation 7 heures

Depuis le 1er janvier 2011, il existe un système d’équivalence de permis. Celui-ci permet aux titulaires du permis B d’obtenir une attestation pour conduire des deux-roues motorisés de 50 à 125 Cc. Pour cela, le candidat doit suivre une formation de 7 heures sobrement baptisée « formation de 7 heures ». Elle se compose de 2 heures de cours théoriques, 2 heures de pratique hors circulation et 3 heures sur route. Pour prétendre à la formation, il est nécessaire d’avoir le permis B depuis deux ans au minimum. Il existe toutefois une dérogation pour les personnes ayant déjà assuré et utilisé une moto au cours des 5 années précédant le 1er janvier 2011. À noter que l’attestation peut également être utilisée pour conduire un tricycle à moteur de plus de 50cc.

Le déroulé de l’examen

La théorie

L’examen d’obtention du permis moto A1 ou A2 se compose de deux parties. Vous avez d’abord l’épreuve théorique qui jusqu’au 1er mars 2020 était similaire à celle des catégories voiture. Depuis, elle a cependant été revue pour mieux répondre aux spécificités des deux et trois roues. L’épreuve comprend 40 questions. Celles-ci sont présentées sous forme d’images fixes ou de vidéos. Chacune d’elle fait référence à une situation spécifique dans laquelle le conducteur peut se retrouver. Celui-ci doit trouver la bonne réponse parmi celles proposées. L’épreuve se déroule dans un centre d’examen agréé. Pour réussir, le candidat doit obtenir 35 bonnes réponses. Il reçoit alors une attestation, l’ETM, valable pendant 5 ans dans la limite de 5 passages de l’examen pratique.

La pratique

La deuxième partie de l’épreuve correspond au test pratique. Elle permet d’évaluer l’aptitude et le comportement du candidat en situation réelle. Elle se déroule en deux étapes, la première hors circulation et la seconde sur route. L’épreuve sur plateau dure 10 minutes et consiste en un parcours prédéfini incluant 6 manœuvres :

  • Déplacement de la moto sans moteur
  • Déplacement de la moto à allure réduite sans passager
  • Réalisation d’un freinage d’urgence
  • Déplacement de la moto à allure réduite avec passager
  • Réalisation d’un slalom
  • Réalisation d’un évitement

L’examen en circulation quant à lui s’étale sur 40 minutes et explore 8 domaines de compétence. Il n’est accessible que si le candidat valide l’épreuve sur plateau. Pour réussir la pratique, celui-ci doit obtenir 21 points favorables sur un total de 27. À noter qu’il existe des erreurs dites éliminatoires. Les résultats de l’examen ne sont pas communiqués immédiatement au candidat. Pour y accéder, celui-ci doit attendre 48 h.

Siganlisatio routière : les 10 panneaux à connaître absolument
Bières de Noël et bières d’hiver : toutes les différences