Faut-il investir dans l’immobilier en temps de crise ?

Les récents événements mondiaux (notamment la guerre en Ukraine) laissent entrevoir une période de récession économique. D’ailleurs, l’inflation impacte déjà le cours de nombreux actifs. Le marché boursier est donc devenu vulnérable et la situation risque de s’aggraver courant l’année 2022. Serait-il alors judicieux d’investir dans l’immobilier à ce moment précis ?

Achat d’une maison : les avantages qui en découlent

Le marché immobilier existe en plusieurs catégories et c’est cela qui constitue son premier privilège. Outre les logements sociaux, la vente de villas de prestige comme par exemple un bien immobilier de luxe à Mougins est également possible. Cette diversité permet à l’investisseur d’acquérir un bien à la hauteur de son capital. Ainsi, tout le monde peut se lancer dans ce domaine. En temps de crise, cet avantage favorise la sécurisation des placements sur le long terme. Il faut aussi dire que ce secteur arrive à vite se redresser, surtout la branche de l’immobilier de luxe. À titre d’exemple, la crise survenue entre 1991 et 1997 a entraîné une baisse de 40 % du coût des maisons à vendre. Toutefois, les années qui suivirent, le prix de cession de ces mêmes logements a été en hausse continuelle.

Le long cycle de vie de la pierre est aussi un privilège qui assure la protection des fonds investis. L’achat d’une villa de luxe, n’étant pas à but spéculatif, garantit une plus-value après la période de panique. Un autre fait intéressant est l’incertitude des taux d’intérêt. Vous pourrez profiter des avantages proposés par les banques pour relancer l’immobilier de prestige.

Les éventuels problèmes à rencontrer en 2022 s’il faut acheter une maison

Loin d’être une valeur refuge comme l’or, le foncier pourrait représenter un véritable piège pour les investisseurs. En effet, une hausse des coûts est à prévoir à cause de la disparité entre l’offre et la demande. De ce fait, les agences immobilières feront grimper le prix de vente des maisons. Cependant, les subventions étatiques faciliteront certainement la tâche aux potentiels acheteurs. En plus de cet obstacle, il est fort probable que :

  • la fiscalité devienne plus lourde ;
  • la taxe foncière soit augmentée ;
  • l’économie mondiale tourne encore au ralenti.

L’engourdissement de la fiscalité est dû à une double imposition sur les loyers perçus. Il s’agit d’abord d’une contribution sociale de 17,2 %, précédée d’un abattement si le propriétaire est sous le régime du micro foncier. La seconde possibilité de taxation est l’application de l’abattement suivie de l’usage du barème évolutif de l’impôt sur le revenu.

Par ailleurs, la hausse de la contribution foncière serait une alternative pour pallier la suppression de la taxe d’habitation. Bien que cette mesure de l’État soit appréciée par les propriétaires, elle engendre un manque au niveau des communes. La non-augmentation des dotations va créer un manque de ressources. Par conséquent, il y a de fortes chances que les nouveaux investisseurs soient confrontés à un alourdissement de l’impôt local. Il faut dire que certains détenteurs de maisons de villages ont déjà constaté une augmentation de 6 %.

En ce qui concerne le ralentissement de l’économie, la crise entre la Russie et l’Ukraine en sera majoritairement responsable. Cette situation, associée à l’inflation des matières premières, rapproche les marchés boursiers de l’éclatement subi en l’an 2000. Le coût lié à la vente de maison pourrait considérablement baisser.

Immobilier : les facteurs importants pour un placement réussi

Le marché de l’immobilier est un secteur à fort rendement. Toutefois, avant d’y investir, il est primordial de tenir compte de certains éléments. Ils permettent aux investisseurs de positionner leurs capitaux de manière sécurisée.

Avoir une bonne connaissance du secteur

La première démarche consiste à rassembler les informations importantes pour une bonne compréhension du foncier. Les renseignements doivent orienter le futur acquéreur vers les points forts du domaine. Il s’agit principalement des zones propices et des biens immobiliers appropriés ou à haut rendement. Il faut également une bonne planification pour déterminer le temps nécessaire pour dégager des profits. Vu la grande importance de l’étape de la recherche, il serait plus judicieux de recourir à un professionnel.

Tenir compte de la typologie de l’investissement

L’achat d’une maison n’est pas une décision à prendre hâtivement puisqu’il s’agit d’un placement de capitaux à longue durée. Autrement dit, la rentabilité devient complète au bout d’un certain nombre d’années. Si vous désirez donc avoir des profits rapidement, le foncier n’est pas une option à prendre en compte. Par ailleurs, un crédit immobilier peut prolonger la durée d’obtention des bénéfices du financement. Le prêt doit être entièrement remboursé avant que l’acheteur ne reçoive des gains.

Éviter un placement tardif

Pour cette année 2022, le challenge serait d’acquérir la propriété au plus tôt. Cette précaution permettrait de contrer plusieurs problèmes qui ne se sont peut-être pas encore manifestés. Plus vous achetez tôt, plus vous avez la possibilité d’obtenir un plus grand retour sur investissement. Investir dans l’immobilier en temps de crise requiert donc de la finesse. Avant de vous lancer, vous devez prendre en compte vos ambitions ainsi que les risques qui découleront de votre décision. En d’autres termes, mûrissez bien votre plan avant d’acheter un bien immobilier.