Les aides pour la rénovation énergétique en 2021

Pour diminuer considérablement les charges concernant les travaux de rénovation énergétique, de nombreuses aides sont proposées par l’État et par diverses organisations pour l’année 2021. L’ensemble de ces primes sont attribuées en fonction des revenus du foyer ainsi que de l’ampleur des travaux à réaliser.

MaPrimeRénov’, une association de deux aides pour la transition énergétique

Cette aide est née d’une association de l’ancien Crédit d’impôt pour la transition ou CITE et du financement « Habiter Mieux Agilité » de l’Anah ou Agence nationale de l’habitat. Elle a pour objectif de financer partiellement différents types de travaux de rénovation énergétique dans l’habitat, entre autres, le changement de chaudière, l’isolation des murs, etc. Concrètement, l’aide MaPrimeRénov’ encourage la réalisation de ces travaux dans le but d’atténuer l’effectif des logements qui sont dotés des notes énergétiques F et G. Cette aide financière s’adresse particulièrement aux propriétaires occupants d’une maison individuelle ou d’un appartement en habitat collectif.

Comme pour l’ancien processus de la chaudière un euro, les foyers éligibles sont ceux qui ont des revenus modestes, dont le plafond est inclus dans les limites fixées par l’Anah. Cette prime tend à être accessible à un public plus large. À titre d’information, les mesures prises par MaPrimeRénov’ s’inscrivent dans une démarche globale, celle de protéger l’environnement tout en effectuant des économies d’énergies. C’est la raison pour laquelle, ce financement appuie les travaux comme l’amélioration de la performance de l’isolation ou encore l’installation des chaudières à granulés.

Le programme Habiter Mieux Sérénité de l’Anah

Contrairement au crédit d’impôt chaudière, cette aide financière reste en place en 2021. Elle est aussi destinée à tous les foyers ayant des ressources modestes à très modestes. Suivant sa vocation d’apporter une amélioration de l’ensemble de logements privés, ce programme vise à couvrir 35 à 50 % du coût des travaux de rénovation énergétique. Il prend, par exemple, en charge le remplacement chaudière ou l’installation chaudière à granule. Pour renforcer le soutien des rénovations énergétiques les plus ambitieuses, des bonus sont accordés aux projets qui visent la classe énergétique A ou B. Par ailleurs, cette aide financière est particulièrement élaborée pour propriétaires des logements achevés depuis plus de 15 ans. Pour en jouir, les ressources du foyer ne doivent pas dépasser d’un niveau fixé au niveau de l’agence. Le demandeur ne doit pas aussi avoir bénéficié d’un prêt à taux zéro ou PTZ depuis les cinq dernières années.

Il faut savoir que toutes les demandes doivent être déposées auprès de l’Anah avant la signature du devis. Cela veut dire qu’il ne faut pas commencer les travaux avant la remise du dossier à l’agence. Puis, il est nécessaire de recevoir la notification du montant de l’aide avant d’engager les travaux.

L’éco-prêt à taux zéro ou éco-PTZ

Comme son nom l’indique, l’éco-prêt à taux zéro ou encore éco-PTZ est un prêt qui ne requiert pas d’intérêt. En effet, il s’agit d’un crédit qui permet de financer des travaux de rénovation énergétique et n’ayant pas les mêmes techniques que d’autres subventions comme Ma Chaudière Gratuite. Cette dernière finance quasi-totalement ce type de projet sans remboursement. En revanche, l’avantage de ce prêt, c’est qu’il permet au bénéficiaire de se procurer d’une trésorerie sans avoir besoin d’un apport initial.

Il est à noter que l’installation d’une chaudière à granulés figure parmi les actions soutenues par cette aide. Toutefois, pour être éligible, le logement où les travaux de rénovation auront lieu doit avoir été construit avant 1990. Si le propriétaire de l’habitation envisage d’effectuer de travaux, par exemple, trois travaux différents dans le but de réduire la consommation énergétique, il pourra bénéficier d’une somme conséquente. Par ailleurs, l’éco-PTZ doit être remboursé sur une durée de 10 à 15 ans.