6 choses à savoir avant d’adopter un chat

chat

Avoir un chat pour la première fois soulève de nombreuses questions légitimes : ce n’est pas un petit événement ! Outre le fait que ce nouveau compagnon apporte beaucoup de joie et d’amusement, il ramène également à la maison son lot de contraintes. Heureusement, ces dernières sont largement surmontables si vous préparez l’arrivée de votre chat. Voici six choses cruciales à connaître à propos de ce petit félin.

1. Le chat adulte est différent du chaton

En fonction de l’âge de l’animal que vous allez accueillir chez vous, les obligations vis-à-vis de lui ne seront pas les mêmes. En effet, un chaton et un chat adulte, limite senior, n’ont pas des comportements similaires. Il faut donc intégrer les spécificités de leur âge. Si vous vous rendez dans un refuge, posez des questions aux personnes qui y travaillent. Elles pourront vous renseigner quant au caractère de tel animal, sa durée d’hébergement au sein du refuge… Un chaton à adopter s’avère assez simple en soi, car toutes les habitudes sont à créer avec lui. Tandis qu’un chat adulte a déjà ses habitudes de par son passé, il faudra donc apprendre à le cerner.

2. La stérilisation conseillée du chat

L’étape de la stérilisation n’est pas obligatoire aux yeux de la loi française, mais elle est vivement conseillée par tous les vétérinaires. Cette opération vise en premier lieu à limiter le risque d’accouplements intempestifs des chats entre eux. Les portées de chatons qui en découlent sont souvent exposées à des abandons. Néanmoins, il se peut que vous ayez réfléchi au fait que votre chat ne sortira pas, auquel cas la stérilisation ne vous semble pas indispensable. Sachez toutefois qu’elle permet aussi d’éviter certaines maladies comme la tumeur mammaire chez la femelle. De plus, vous contrôlez le comportement du chat dès son plus jeune âge : celui-ci est moins sauvage, n’urine pas partout pour marquer son territoire, dégrade moins l’intérieur de votre habitat.

3. Votre maison devient le territoire du chat

Saviez-vous que le chat était un animal domestique très territorial ? Vous en ferez rapidement l’expérience une fois qu’il aura investi les lieux de votre maison. Cela se remarque d’autant plus quand il ne sort pas. Ainsi, vous pouvez considérer qu’une fois qu’il sera arrivé chez vous, il sera le maître de cet espace. Faites également en sorte que ce nouveau royaume soit adapté à lui : idéalement, il doit pouvoir choisir plusieurs endroits où dormir. Si vous ne le faites pas pour lui, il se les attribuera directement. Ce félin est un animal qui aime observer ce qui se passe et pour cela, il prend de la hauteur. Lui laisser la possibilité de monter sur certains meubles sera une bonne chose pour son épanouissement personnel.

4. Les vaccins sont obligatoires

En adoptant un chat, vous vous engagez à respecter les règles sanitaires établies par la loi. Cela se traduit notamment par le fait que vous ne passez pas l’étape de la vaccination, qui est obligatoire. Il en va du bien-être animal et de la santé de votre chat. Ces injections se font chez le vétérinaire, le plus tôt possible. Vous mettez alors toutes les chances de votre côté pour que votre chat vieillisse bien et ne développe pas de maladies qui peuvent être évitées. Lors de cette visite médicale, le vétérinaire vaccine le chat contre le coryza, le typhus ou encore la leucose.

5. Le chat, autonome mais pas trop

Il est possible que vous ayez déjà entendu que, contrairement au chien, le chat était un animal assez indépendant. Qu’on se le dise, chats et chatons ont chacun leur propre caractère et il est donc impossible d’en faire des généralités. Cependant, ne vous fiez pas forcément à cette croyance, car les chats sont des animaux subtils. Ils adorent la compagnie des humains et savent le faire savoir, quand ils l’ont décidé. En tant que famille d’accueil, laissez le chat venir à vous pour ne pas le brusquer, mais faites-lui savoir que vous êtes là pour lui. Parlez-lui, caressez-le, donnez-lui de la tendresse. Il choisira ensuite ses moments !

6. Le coût de l’adoption du chat à envisager

Le dernier point à prendre en considération avant d’adopter un chat est le coût financier lié à cette arrivée dans le foyer. Des événements imprévus et autres dépenses peuvent se manifester sans que l’on ne s’y attende. Cependant, il convient d’anticiper au mieux ce que l’animal va vous coûter, afin de subvenir à tous ses besoins. Ces dépenses prévisionnelles comprennent la nourriture, les jouets, les soins vétérinaires, les soins éventuels chez le toiletteur… D’autres frais auxquels on pense moins peuvent se rajouter comme le paiement d’une assurance ou d’une pension d’hébergement en cas de départ en vacances. Accueillir un animal, c’est accepter de l’élever et de le chérir quoiqu’il arrive.

Anglais professionnel : comment tester son niveau ?
6 conseils pour déménager en toute sérénité